Les 4 dernières actualités

Thyroïde et Traitements ⚠️⚠️⚠️🦋

Parlons un peu du 🦋Levothyrox Merck au lactose commercialisé en Afrique 🦋 L’association APLF remercie très sincèrement Mme Sylvie Grignon et l’envol du papillon pour son article et son partage de l’information 🤗🦋
Nous vous engageons à lire ces lignes ….
Bonne journée à tous 🦋

Voir l'article !

Personne n'est à l'abris ! Aujourd'hui c'est, nous ! Demain, peut-être vous ?

Ils ont le pouvoir......
Auront-ils le courage ???

Voir la vidéo en entière...

Communiqué de Maitre Sophia Albert Salmeron avocate de l’association APLF

NFORMATIONS IMPORTANTES ⚠️⚠️⚠️

Consciente qu'aucune indemnisation ne vous rendra votre santé, l'association APLF a introduit plusieurs recours.
C'est pourquoi le Tribunal administratif de Montreuil a été récemment saisi aux seules fins d' enjoindre à l'ANSM de délivrer au Laboratoire MERCK une autorisation de mise sur le marché du Levothyrox ancienne formule au lactose identique à celui commercialisé au Sénégal et en Tunisie.
Il ne nous semble en effet pas incompatible d'avoir l'ancienne formule et la nouvelle à la disposition des malades français mais nous avons quand même dénoncé les éléments relevés par l'expert judiciaire.
Le Tribunal des conflits est clair, seule la juridiction administrative est compétente lorsque le médicament ne bénéficie plus d'une AMM.

Le scandale sanitaire du Levothyrox Merck nouvelle formule doit être dénoncé.
Vous avez a votre disposition une vidéo ci-dessous . Il est important d’écouter et de partager.

Bien à vous,
Maître Sophia Albert Salmeron
https://www.youtube.com/watch?v=2S_pBYIfDWQ

Voir la vidéo !

⚠️ INFORMATION IMPORTANTE ⚠️

La présente plainte déposée le 08 avril 2021 devant la Cour de Justice de la République est adressée par les plaignants, lésés personnellement en leur qualité de victimes et l’association APLF qui pour sa part, représente l’ensemble de ses adhérents malades et victimes également par les mesures prises ou l’absence de mesures prises par les membres du gouvernement citées ci-après outre les risques encourus par ces malades vulnérables à court, moyen et long terme. Y compris s’agissant de l’absence de mesures prises pour assurer la protection de ces victimes obligées, soit de se fournir actuellement au SENEGAL (voire d’autres pays africains) et antérieurement aux présentes au MAROC ou en TUNISIE, soit de ne pas être traitées compte tenu de leur intolérance à la nouvelle formule commercialisée depuis 2017 en lieux et places ainsi qu’à ses alternatives proposées dans les officines françaises.

Voir le post en entier...